Blacksad – Juan Diaz Canales, Juanjo Guarnido

Une étoile s’était éclipsée, abandonnant mon passé dans le noir, égaré quelque part entre les ombres. Et personne ne peut vivre sans son passé.

Là dehors se cachait le coupable de deux meurtres, au moins: celui d’une personne et celui de mes souvenirs.

Et ce salaud allait le payer.

Blacksad est une exceptionnelle série de bande dessinée, anthropomorphiste, en cinq volumes (2016) de Juan Díaz Canales (écrivant) et Juanjo Guarnido (dessinateur).

Blacksad, l’héro.

Le héro est John Blacksad, un chat noir, détective privé aux États-Unis dans les années 1950. L’atmosphère a l’empreinte d’un film noir et est parfaitement exprimé par les dessines. Le graphisme de Guarnido est monumental: les personnages animalières sont superbe choisis, la coloration à l’aquarelle donne un timbre spécial, précis et vivant au action.

Le dialogue est fluide, les mots sont bien choisi. La narration est souple, avec aucune bagage de mots inutile, une qualité rare dans la littérature. C’est un plaisir de lire les histoires de Blacksad, regarder les dessines et être part de cette atmosphère noir crée par Canales et Guarnido.

Les cinq volumes sont : Quelque part entre les ombres (2000); Arctic-Nation (2003); Âme rouge (2005); L’Enfer, le silence (2010) et Amarillo (2013).

John Blacksad n’a pas des qualités incroyable, exceptionnelles, mais il est honnête, courageux et obstiné. Blacksad est sombre et solitaire, mais il reste sociable. Le lecteur se peut identifié facilement avec le héro. Son ami est Weekly, une fouine, journaliste, très bien informé, qui partage les même valeurs, mais pas la même personnalité réservé que Blacksad. John travaille souvent avec  Smirnov, un berger allemand, commissaire de police, aussi honnête et incorruptible.

La intrigue est toujours fraiche, plaine des surprises, mais réaliste. Les options disponible pour le héro ne sont pas simple. Les volumes sont avec mafia, assassinats, racisme, femmes fatales, fume de cigares, anticommunisme. Chacun a une couleur dominante propre:  noir, blanc, rouge, bleu et jaune.

La série de bande dessinée Blacksad reste une ouvre d’art, qui je recommande de voir et lire.

[Feature photo: Photographies prises lors du Festival International de la BD de Sollies Ville by Esby from Wikimedia]

[Article photo by Galvi, flickr]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s